De retour à l’accueil
Le tabac chauffé, une alternative à la cigarette ?

Le tabac chauffé, une alternative à la cigarette ?

La combustion est en grande partie responsable de la dangerosité de la cigarette. Il est aujourd’hui possible pour les afficionados de tabac de consommer des cigarettes sans combustion. On parle alors de tabac chauffé.

Nombreux sont les fumeurs à la recherche de solutions pour réduire leur consommation de cigarette. Mais tous les produits alternatifs ne se valent pas : quels prix, quels risquent pour les solutions de tabac chauffé ?

Qu’est-ce que le tabac chauffé ?

Finis les briquets et les allumettes, plus besoin de demander du feu aux passants, il est maintenant possible de fumer des cigarettes sans feu. La technique du tabac chauffé permet de fumer sans fumée, sans odeur et surtout avec moins de toxines. C’est du moins ce que les grands de l’industrie du tabac affirment : tous développent des dispositifs de « heat not burn », chauffer sans brûler. La majorité des substances nocives des cigarettes classiques provient de la combustion, comme par exemple le monoxyde de carbone, le goudron ou l’hydrocarbure polycyclique. La recharge de tabac est insérée dans un dispositif qui contient une lame chauffante. Activée de manière électronique, elle permet de chauffer le tabac à 330°C, température à laquelle est libéré un aérosol de tabac pour l’inhalation.

Quels avantages et quels risques ?

Le principe du tabac chauffé a été développé pour réduire la nocivité de la cigarette classique. Avec le dispositif IQOS, c’est très précisément aux fumeurs souhaitant réduire leur consommation de substance toxiques que s’adresse Phillip Moris International. Le leader de l’industrie du tabac annonce d’après des études internes une réduction de la toxicité de près de 90% par rapport à une cigarette classique.

Suivant cette logique, l’utilisation du tabac chauffé est saluée par certains. La FDA (Agence Américaine des produits alimentaires et médicamenteux) vient d’ailleurs d’autoriser le commerce du tabac chauffé aux USA. Cette nouvelle génère de nombreux commentaires. Les représentants de l’industrie du tabac ont pour objectif de faire qualifier ces cigarettes chauffées comme produits à risques réduits, ce n’est pas encore le cas.

Il faut tout de même prendre avec prudence les résultats annoncés par PMI. Une étude parue en août 2018 dans la revue Nicotine & Tobacco Research de l’université d’Oxford démontre que le taux de nicotine délivré par les dispositifs de tabac chauffé est nettement inférieur à celui des cigarettes classiques mais supérieur à celui des cigarettes électroniques. Elle note également que ce taux ne change pas dans la durée et ne dépend pas de l’intensité des inhalations contrairement à la e-cigarette qui délivre plus de nicotine quand son utilisation est prolongée.

 

Sur les pas de PMI

C’est Philip Morris International, le géant mondial de la cigarette classique qui développe le marché du tabac chauffé. Né des recherches menées par le département Sciences et Innovation, le premier dispositif a été lancé en 2014 au Japon. Il est aujourd’hui disponible dans plus de 40 pays dans le monde.

 

 

IQOS fonctionne avec des recharges HEETS. Ces mini cigarettes composées d’un filtre et de tabac se consument en environ 6 minutes ou 14 bouffées, au même titre que les cigarettes classiques à combustion.

Un bon procédé de sevrage ?

IQOS signifie « I Quit Ordinary Smoking » que l’on pourrait traduire par « j’arrête la cigarette classique ». Rien qu’à ce nom, on comprend que Philip Morris présente largement le tabac chauffé comme une option fiable de sevrage. Ainsi, le groupe annonce que près de 7,3 millions d’adultes fumeurs ont arrêté la cigarette classique pour la remplacer par du tabac chauffé.

Cependant, quelques spécialistes font preuve d’un engouement plus modéré. Michael Siegel, tabacologue et professeur à l’université de Boston a ainsi déclaré :

« Si les e-cigarettes et la vape n’existaient pas, alors peut-être que IQOS pourrait aider les gens à arrêter de fumer. Mais la réalité c’est que des millions de fumeurs sont passés à la e-cigarette qui ne contient pas de tabac. Dans ce contexte, il m’est difficile de voir ces produits comme un pas en avant tel que certains qualifient IQOS »

Les nouveaux produits de tabac chauffé…

Depuis, d’autres dispositifs ont vu le jour en Europe et en France. Dans le sillon de PMI, les principaux cigarettiers internationaux ont développé leurs propres appareils de tabac chauffé, tous lancés dans la conquête du marché des produits de tabac à risques réduits.

Japan Tobacco a lancé Ploom il y a 5 ans, aujourd’hui baptisé Ploom Tech. Un nom sympathique pour un petit tube discret, tenant dans une poche et qui permet de chauffer du tabac parmi les marques de cet autre géant de l’industrie du tabac comme Camel ou Winston. Et la gamme de produits Ploom Tech s’est récemment élargie avec des dispositifs à basse (Ploom Tech +) ou au contraire à haute température (Ploom S).

British American Tobacco teste quant à lui Glo, son propre dispositif électronique de sticks de tabac chauffé, depuis 2016 au Japon, en Suisse et au Canada. Reynolds American Inc a mis au point une cigarette chauffante nommée Revo. Testée dans l’état du Wisconcin aux USA, elle n’a pas rencontré le succès escompté et sa commercialisation n’a pas été poursuivie.

… et les critiques qui accompagnent ces dispositifs

Le lancement précurseur de Ploom en France a avant tout été accompagné de remarques sur sa dangerosité. Le Pr Bertrand Dautzenberg de l’Office français de prévention du tabagisme (OFT) considérait alors le dispositif de JTI aussi dangereux qu’une cigarette. Avec un sacré sens de la formule il affirmait qu’il ne fallait pas se laisser « enfumer » par une nouvelle opération commerciale émanant de l’industrie du tabac. Il précisait surtout que le tabac chauffé « n’est pas du tout une cigarette électronique ».

Mais au sujet du tabac chauffé, le très sérieux site stop-tabac.ch de l’Institut de Santé Globale (Faculté de Médecine de l’Université de Genève) conclu tout de même sur une note positive. Le tabac chauffé fournit des taux de nicotines pouvant répondre aux sensations de manque des fumeurs et constitue selon eux, après recensement des différentes études sur le sujet, d’une approche de réduction des risques.

AYI, une alternative savoureuse et plus économique

Puisque la réduction des risques est l’objectif qui nous rassemble, chez dscvape nous avons choisi de proposer un modèle de tabac chauffé : le dispositif AYI

 

Produit qui connait déjà un franc succès au Japon, les modèles TT8 et TT7 arrivent en France avec des améliorations notables qui nous ont convaincu :

  • Sur le modèle TT8, une protection de l’étuve chauffante prolonge la durabilité de la lamelle qui chauffe le tabac
  • Une autonomie de batterie permet de ne pas avoir besoin de recharger le dispositif entre chaque utilisation d’un stick de tabac
  • La possibilité de moduler la température et de jouer ainsi sur l’intensité du goût et le taux de nicotine pour un hit plus ou moins puissant par exemple
  • Et enfin, le prix ! Et oui, par rapport aux autres dispositifs de tabac chauffé AYI est proposé à un prix tout à fait raisonnable (35,90€ et 44,90€ contre une centaine d’euros ou plus pour les autres appareils présentés ici)

 

Les dispositifs AYI sont compatibles avec les recharges Heet de PMI. Les fumeurs retrouveront les principales marques de tabac du marché et ainsi les goûts auxquels ils sont habitués pour une transition toujours plus douce vers des produits de substitution.

De notre côté nous pensons toujours que la décision finale appartient au fumeur : vape, tabac chauffé, plus ou moins de nicotine, plus de hit ou de saveur… Toutes les stratégies qui donnent envie sont intéressantes à suivre lorsqu’il s’agit d’arrêter ou de diminuer sa consommation de cigarettes. Nous proposons donc AYI comme alternative pour les fumeurs qui ont du mal à quitter leurs marques préférées de tabac.

Tabac chauffé ou vape ? A choisir en fonction des habitudes et des gouts de chacun !

ÉCRIRE DES COMMENTAIRES