De retour à l’accueil

Vapoter en toute sécurité : comment vérifier les accus ?

La vape séduit de plus en plus de fumeurs. La cigarette électronique fait partie des substituts efficaces à la cigarette de tabac mais des précautions d’usages sont à suivre. Le point sur les accus, ces batteries de cigarettes électroniques qui ont déjà fait quelques victimes. Comment les choisir ? Quelles précautions d’usage à suivre pour éviter les accidents ?

« Finistère: Un homme brûlé après l’explosion de la batterie de sa cigarette électronique » titre 20 minutes le 20 mars 2019. Les articles se multiplient, le scénario est toujours le même. La cigarette électronique explose dans la poche, au contact de clés, surchauffe dans la main. Les vapoteurs se retournent contre les revendeurs. En cause, toujours les accus, ces batteries de cigarettes électroniques. Les accidents sont rares mais les médias s’en emparent immédiatement pour dénoncer la dangerosité des cigarettes électroniques.

Petit récapitulatif des risques, de ce que sont réellement les accus et surtout de comment les choisir.

Dégazage ou explosion, les risques des accus

Avant tout, quelques précisions.
Les accus ne sont pas des batteries spécifiques aux cigarettes électroniques. Les risques ne proviennent pas des e-cigarettes mais bien de ces batteries.
Les accidents se produisent dans moins de 1% des cas d’utilisation de cigarettes électroniques.
Toutes les batteries sont à utiliser avec précautions. Celles des ordinateurs portables sont tout aussi susceptibles de provoquer des accidents. Les rares accidents font couler beaucoup d’encre. C’est normal aujourd’hui que les médias s’emparent de ce sujet et mettent les vapoteurs en garde.

Les accidents sur des cigarettes électroniques sont toujours liés à des problèmes de surchauffe des accus généralement liés à un court-circuit. Deux réactions sont possibles : le dégazage peut arriver très rarement sur des accus de bonne qualité ; l’explosion qui se produit rarement aussi mais sur des accus de qualité inférieure. Quoi qu’il en soit, personne ne souhaite faire l’expérience d’un dégazage et encore moins d’une explosion dans la poche du pantalon, ou pire, en bouche ! Nous préférons tous éviter les brûlures au troisième degré, les visages défigurés.

Insistons quand même : ces accidents sont très rares. Mais puisque c’est déjà arrivé, prenons soin de les éviter en quelques étapes. Nous vous expliquons d’abord ce que sont les accus, comment les choisir et enfin, les deux règles d’or à respecter pour ne pas prendre de risques.

Les accus amovibles de cigarettes électroniques

Les accus sont donc des batteries comme on en trouve dans presque tous les appareils électroniques qui fonctionnent en autonomie, c’est-à-dire hors secteur : téléphones, ordinateurs, hautparleur, clavier et ainsi de suite.

Les appareils comme certaines cigarettes électroniques avec des batteries amovibles, utilisent des accus de type Li-On. Ces accus peuvent réagir en cas de surchauffe, généralement liée à un court-circuit, quand leur température monte à environ 100°C.

Les téléphones, tablettes et les e-cigarettes dont les batteries sont fixes et ne peuvent être manipulées, sont en règle générale des batteries du type Li-Po, bien moins stables mais toujours protégées par le circuit électronique.

Ce sont donc les accus amovibles qui, bien que plus stables, peuvent présenter des risques d’accident. La raison est que ces accus ne sont pas construits spécifiquement pour la vape et sont en principe utilisés en série et surtout scellés. Une batterie de perceuse par exemple, n’est rien d’autre qu’une boite d’accus. L’utilisateur de la perceuse manipule la batterie mais n’a pas accès aux accus. Mais pour la vape, ces accus sont utilisés séparément, généralement en couple ou en triple.

Les caractéristiques techniques essentielles des accus de e-cigarette : capacité et courant de décharge maximal

Les batteries Li-On des cigarettes électroniques sont le plus souvent au format 18650, à savoir 18 mm de diamètre et 65mm de hauteur. Presque toujours de la même taille, leurs caractéristiques techniques peuvent variées. Voici quelques explications pour vous aider dans le choix de vos accus sur les deux caractéristiques essentielles des accus de cigarettes électroniques.

Tout d’abord, la capacité indique l’autonomie des accus. Elle est mesurée en milliampère par heure (mAh). C’est donc la quantité de milliampère qu’un accu peut transmettre pendant 1 heure. Un accu de 3000 mAh, utilisé à 1500 mAh sur une cigarette électronique pourra fonctionner pendant 2 heures. En réalité, la batterie durera plus longtemps car personne ne vapote sans s’arrêter pendant deux heures. Voici déjà un petit décalage entre les caractéristiques techniques et la pratique réelle.

Mais la caractéristique technique des accus qui fait polémique et peut présenter des risques dans le monde de la vape, c’est avant tout le CDM. Le CDM, c’est le courant de décharge maximal. Cela correspond à l’intensité que la batterie peut fournir sans surchauffe (pas plus de 80°C) sans se détériorer. C’est donc l’intensité qu’il ne faut pas dépasser même si les box affichent des puissances de vape toujours plus élevées !

Dit comme cela, la consigne de sécurité semble évidente respecter les limites de CDM dans l’utilisation des accus. Les limites actuelles des 18650 sont de 10 A pour les 3500 mAh, 20 A pour les 3000 mAh, 25 A pour les 2500 mAh (la Sony VTC5A), et 30 A pour les 1500 mAh.

 

Le rewrapping et le CDM pulsé

Mais alors pourquoi certains accus annoncent un CDM de 25 A pour des 3000 mAh par exemple ou même un CDM jusqu’à 40 A ?

C’est encore une fois une histoire de décalage entre le calcul des caractéristiques techniques et l’usage réel. Le CDM calcule une limite à ne pas dépasser dans un usage en continue. Sauf que, encore une fois, personne ne vape en continue.

Les accus ne sont pas produits spécifiquement pour des cigarettes électroniques. Mais certains revendeurs d’accus font du « rewrapping », ils réemballent dans un nouveau film plastifié des accus des grands constructeurs pour les revendre exclusivement sur le marché de la vape. Et là, les histoires commencent. Sachant que personne ne vape en continue, certains font un calcul (sur les bases de leur choix) de CDM pulsé. Le CDM pulsé correspond à la puissance maximale que peut fournir un accu sur un temps court (celui de la vape) qui sera suivi d’une pause permettant à l’accu de refroidir. Mais évidemment tout le monde ne vape pas sur le même rythme, avec la même puissance ou la même régularité. Et entre deux vapes, la cigarette électronique retourne dans la poche ou le sac là où, elle ne refroidit pas nécessairement aussi bien que dans les calculs des rewrappers.

Le CDM pulsé est donc exclusivement un argument de vente auquel il ne faut pas se fier et qui n’est affiché que par des revendeurs qui font du rewrapping. Pour ne pas tomber dans ce piège, il est conseillé de se procurer ses accus chez les principaux fournisseurs d’accus qui ne sont pas spécialisés dans la vape mais font des produits de qualité et surtout, fournissent les revendeurs qui font du rewrapping avec des lots de qualité plus aléatoire. Ils se gardent en effet la gloire des meilleurs produits pour les vendre eux-mêmes.

Eviter les explosions d’accus, c’est très simple

Comme nous l’avons dit, les accus de cigarettes électroniques ne sont pas plus susceptibles d’exploser ou de dégazer qu’une autre batterie pour un autre appareil électronique. Ce qui fait la différence c’est que pour les e-cigarettes, ces accus sont souvent amovibles. Elles sont donc manipulées par les vapoteurs, parfois sans respect des principes de précautions inhérents à la manipulation de toute batterie. Si on ne parle jamais d’explosion de piles AA c’est que ce sont de toutes petites batteries uniquement. La différence de taille et donc de puissance justifient une utilisation et un stockage plus prudent.

Pour éviter les accidents, c’est très simple. Deux règles doivent toujours être respectées.

D’une part, il est important de toujours bien ranger et transporter ses accus dans une protection adaptée. Il existe des enveloppes en silicone qui ne coutent pas cher du tout (environ 2 euros) et qui protègent les accus contre les courts-circuits. Surtout, ne jamais transporter ses accus sans protection dans une poche, une valise ou un sac. Il suffit d’un jeu de clé, de quelques pièces qui traînent au fond de votre poche et déjà vous prenez des risques.

Deuxième règle, n’utilisez pas des accus endommagés. Vérifiez les wraps, ce plastique généralement vert mais pas toujours, qui entoure vos accus. Il ne doit pas avoir de défaut, ne doit pas porter de marques de trous. Quand votre wrap commence à onduler du côté de la charge positive ou négative, c’est qu’il est temps d’en changer.

 

ÉCRIRE DES COMMENTAIRES